• CAS

    casaquin    1. 1546 cazaquin « petit surtout que portaient les hommes » (Palmerin d'Olive, 224a cité par Vaganay ds Rom. Forsch., t. 32, p. 27); 2. 1787 « corsage de femme » (Fér. Crit.). Dér. de casaque*; suff. -in*, l'ital. casacchino n'est pas attesté av. le xviie s. (Batt.).

    caseret, caserette (natte en osier servant à l'égouttage des fromages frais ; moule à fromage)    Picardis, Eclisses à faire fourmages, Francis, Forma, vel Forma casearia (Jean Nicot). Probablement apparenté au latin caseus (Littré et wiktionnaire).

    casse (récipient en forme de bassin servant à puiser)    issu du lat. médiév. cattia attesté au sens de « creuset » (viie-viiies. ds Mittellat. W. s.v., 383, 66), de « cuiller à pot » (xiies. ds CGL t. 2, p. 521, 54) transformation du gr. κ υ α ́ θ ι ο ν (v. Brüch ds Z. rom. Philol., t. 55, p. 504 et G. Baist ds Rom. Forsch., t. 1, pp. 106-107), dimin. du gr. κ υ α ́ θ ο ς « vase pour puiser » par l'intermédiaire d'une forme *ciattia avec dissimilation du 1er-i-. L'hyp. d'un empr. à l'ar. ḳaṣa (G. Rohlfs ds R. Ling. rom., t. 2, p. 287) fait difficulté du point de vue phonétique.
       Picard et Berry, casse, casserole ; génev. casse ou caffe ; catal. cassa ; espagn. cazo ; ital. cazza ; pays de Coire, caz ; bas-lat. caza, cazia, cazeola, catiola ; de l'anc. haut-allem. chezi ; anc. scandinave, kati, d'où l'allemand moderne Kessel, chaudron. Ce qui fait que casse 2 ne peut avoir la même étymologie que caisse ou casse 1, c'est que, dans les langues congénères, le premier de ces mots prend un z ou deux z, tandis que le second prend deux s ; d'où l'on est conduit à des radicaux différents (Littré).

    cassette    Plus prob. dér. (avec suff. -ette*) de l'a. fr. casse, quasse « caisse, coffre » (FEW t. 2, p. 312a Bl.-W.5) terme encore employé par Malherbe (Lexique par Ad. Regnier), v. casse terme d'impr. − qu'empr. à l'ital. cassetta, xiiies. ds DEI (DG; EWFS2; Dauzat 1973). Diminutif de casse, châsse (du lat. capsa (v. caisse), attesté au sens de « châsse » en lat. médiév. ca 720 ds Mittellat. W. s.v. 245, 17; a éliminé le synon. fiertre) ou caisse ; provenç. caisseta ; catal. capseta ; ital. cassetta (Littré).

    casserole    Dér. du rad. de casse4* « récipient »; suff. -erol(l)e (-ole*). Casse répondant à l'italien cazza, l'italien casserola contredirait cette dérivation ; mais casserola n'est pas un mot ancien dans cette langue, et il est sans doute emprunté du français (Littré).

    castel    Empr. au prov. castel, attesté dep. le xes. (Titre de 960 ds Rayn.) de même orig. que le fr. château*, ou parfois emploi par archaïsme de l'a. forme normanno-pic. castel.

    castrer    Empr. au lat. castrare (châtrer*); les attest. de castrer (ca 1285 Abavus, Ms Douai, Bibliothèque de la ville, no 62 publié par Roques, t. 1 1936, p. 60), en m. fr. (1401, Comptes de Beauvais ds B. du Comité des travaux hist., 1914, p. 325), puis en 1600 (Ol. de Serres ds Hug.) sont des formes pic. et norm. ou mérid. de châtrer.