• CLO

    clopin-clopant     1668 (La Fontaine, Fables, V, 2, 23). Composé de clopin « boiteux » (attesté dep. 1262-68, Brunet Latin, Trésor, 73 ds T.-L., demeuré en jersiais, cliopin ds Le Maistre-Carré; dér. de l'a. fr. clop, v. clopiner, suff. -in*) et de clopant, part. prés. de cloper (attesté de 1534, Rabelais, Gargantua, chap. 2, éd. Marty-Laveaux, à 1611, Cotgr.; dér. de clop, dés. -er).

    clopiner    1155 clopigner (Wace, Brut, éd. I. Arnold, 14266); 1330-32 clopiner (G. de Digulleville, Pèlerinage vie hum., 10028 ds T.-L.). Dér. de l'a. fr. clop « boiteux, éclopé » (attesté dep. ca 1150, Couronnement Louis, éd. E. Langlois, 2257, du b. lat. des gloses cloppus « id. », prob. onomatopée évoquant la marche lourde du boiteux); suff. -i(g)ner*.   

    aclopin (voyou)    Altération dial. (wallon, FEW t. 4, 382 ab; ang., Verr.-On. t. 1 1908, p. 13), de happe-lopin* attesté dep. 1515 au sens de « celui qui essaie d'attraper un bon morceau, gourmand, parasite » (Six Dames de Paris à Cl. Marot, dans Marot, éd. Guiffrey, III, 137 ds Hug. : Vela la fin de mocqueurs et farseurs, Happelopins, oyseux et gaudisseurs).
        Berry, cloper, boiter ; wallon, clèper, boiter ; provenç. clop, écloppé, boiteux ; anc. franç. clop, boiteux ; kymri, cloff ; du bas-latin cloppus qui se trouve dans les lois barbares ; mot difficile que Ménage et après lui Diez tirent du mot grec signifiant boiteux. Diez préfère cette étymologie au latin claudipes, qui a même sens et qui doit aussi être pris en considération. Ces étymologies ne sont que probables, vu que des intermédiaires manquent. Grandgagnage le tire du hollandais kruipen, kroop, ramper ; ancien flamand, crepel, boiteux ; anglais, cripple, estropié. On a aussi mis en avant l'allemand klopfen, heurter, battre, parce que le boiteux bat en quelque sorte la terre ; mais sans intermédiaire on ne peut adopter une étymologie aussi détournée. (Littré)

    cloque    Forme normanno-pic. de cloche*, qui signifie spéc. en pic. « espèce d'ampoule qui se forme sur l'eau quand il pleut » (Corblet); a remplacé cloche* attesté au sens 2 de 1640 (Oudin Curiositez : cloche aux pieds) à 1932 (Ac.).

    clouterie    1202 a. wall. claueterie (Rec. d'actes des XIIeet XIIIes., éd. Tailliar, p. 18). Dér. de clouet (ca 1205, Renart, éd. Martin, XVII, 1152; clauet en a. wall.; dér. de clou*, suff. dimin. -et*), suff. -erie*. Contracté ensuite en clouterie.